Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Derniers articles


Jeudi 1er Février 2024 : Projection - débat « Quelle place pour l’individu citoyen dans la lutte contre le dérèglement climatique ? »


Samedi 27 Janvier 2024 : Rassemblement contre le projet de prison à Muret


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Samedi 27 Janvier 2024 : Table ronde « Cugnaux + 4 degrés… Qu’es aquò ? »


Mercredi 17 Janvier 2024 : ZAC du Rivel - rassemblement de soutien d’une famille d’agriculteurs expulsée


Contrer le lobbying du Conseil Régional pour piétiner le Zéro Artificialisation Nette



La ligne ferroviaire Perpignan-Rungis




Des fruits et légumes, pour l'instant pas soutenables, mais un levier pour l'avenir du fret

Par les Amis de la Terre France

Avec d’autres, nous signons aujourd’hui dans le journal « l’Humanité » une tribune pour dénoncer la suppression de la ligne Perpignan-Rungis. Petite explication de nos motivations.

Les Amis de la Terre soutiennent bien sûr la ligne ferrée Perpignan-Rungis qui risque d’être remplacée par des milliers de camions. La déshérence du fret ferroviaire, dont cette ligne emblématique est un des derniers bastions, est un des enjeux majeurs pour le transport de demain.

Nous sommes bien conscients d’une chose : le train de primeurs transporte essentiellement des fruits et légumes importés d’Espagne et du Maroc, et en grande partie produits de façon massive dans des conditions environnementales et sociales qui ne sont pas acceptables. Il s’agit d’une alimentation en grande partie hors saison et très loin des circuits courts, bio et équitables qui seront l’avenir.

Nous défendons ce train, parce que sa suppression dans l’immédiat ne changerait rien à l’origine des fruits et légumes consommés aujourd’hui, elle conduirait simplement à davantage de camions. Nous le défendons surtout parce que c’est un élément important et symbolique du réseau fret qui doit revivre.
Un autre exemple : rappelons que dans les Alpes franco-italiennes le nombre de trains de fret a diminué de CENT par jour malgré les travaux de modernisation. Nous avons fait des propositions de re-développement du fret ferroviaire dans ces vallées victimes de la pollution et nous invitons tous les signataires à s’engager sur l’ensemble des dossiers de fret en faveur de l’utilisation des voies ferroviaires existantes.


Publié le jeudi 31 octobre 2019.