Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Derniers articles


Jeudi 1er Février 2024 : Projection - débat « Quelle place pour l’individu citoyen dans la lutte contre le dérèglement climatique ? »


Samedi 27 Janvier 2024 : Rassemblement contre le projet de prison à Muret


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Samedi 27 Janvier 2024 : Table ronde « Cugnaux + 4 degrés… Qu’es aquò ? »


Mercredi 17 Janvier 2024 : ZAC du Rivel - rassemblement de soutien d’une famille d’agriculteurs expulsée


Contrer le lobbying du Conseil Régional pour piétiner le Zéro Artificialisation Nette



Autoroute CASTRES-TOULOUSE (A69-A680), les associations vont saisir la Justice




Les préfets s’empressent de délivrer les autorisations environnementales pour l’autoroute CASTRES-TOULOUSE (A69-A680), les associations vont saisir la Justice

A toute vitesse, les préfets de la Haute-Garonne et du Tarn ont signé le 1er mars, soit le lendemain de la commission départementale de l’environnement (CoDERST), les autorisations environnementales [1] pour construire et exploiter les aménagements routiers de l’autoroute CASTRES-TOULOUSE (A69 et A680). Ces autorisations environnementales seront attaquées devant la juridiction administrative par nos associations (Village Action Durable (VAD), Confédération Paysanne, France Nature Environnement (FNE) Midi-Pyrénées, Nature En Occitanie, Amis de la Terre Midi-Pyrénées, Union Protection Nature Environnement Tarn (UPNET), ATTAC) et la Mairie de Teulat.

Une réserve de la commission d’enquête publique volontairement non levée

Comme le suggérait déjà le rapport des services de l’Etat (direction départementale des territoires) aux membres du CoDERST, il n’a pas été tenu compte de la réserve [2] de la commission d’enquête qui demandait d’abaisser le coût du péage de 33%.

Ainsi, et comme le rappelaient les membres de cette commission, l’avis émis doit donc être considéré comme défavorable.

Une instruction suivie d’une consultation sans aucune portée sur les autorisations délivrées

En parfaite méconnaissance des avis formulés par les organismes consultés lors de l’instruction de ces demandes, soit les nombreuses critiques de l’Autorité environnementale et du Conseil national de protection de la nature, les préfets ont délivré deux d’autorisations.

Les insuffisances et illégalités relevées par ces organismes n’étant pas levées, elles fragilisent sérieusement la légalité de ces arrêtés préfectoraux.

A ceci s’ajoute plus de 5800 contributions défavorables durant l’enquête publique dédiée à ce projet qui ont tout simplement été mises de côté.

En parfaite cohérence avec nos prises de position contre cette autoroute, nos associations et Mairie annoncent qu’elles déposeront dans les prochains jours deux recours en annulation contre ces décisions administratives.

[1arrêté portant autorisation environnementale au titre de l’article L.181-1 du code de l’environnement de la mise à 2X2 voies de l’A680 entre Castelmaurou et Verfeil, en date du 2 mars 2023

[2« Réserve n°1 : Le coût du péage sera réduit de 33% et comportera une modulation faisant que les 10 km des déviations de SOUAL et PUYLAURENS bénéficieront d’une réduction supplémentaire de 20%. Cela signifie que l’Etat et les collectivités devront contribuer davantage au financement du projet de telle sorte que l’équilibre financier d’ATOSCA soit préservé. La commission ne se prononce pas sur les modalités à convenir qui se traduiront par un avenant au contrat de concession accordé. »


Publié le dimanche 5 mars 2023.