Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Derniers articles


Jeudi 1er Février 2024 : Projection - débat « Quelle place pour l’individu citoyen dans la lutte contre le dérèglement climatique ? »


Samedi 27 Janvier 2024 : Rassemblement contre le projet de prison à Muret


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Samedi 27 Janvier 2024 : Table ronde « Cugnaux + 4 degrés… Qu’es aquò ? »


Mercredi 17 Janvier 2024 : ZAC du Rivel - rassemblement de soutien d’une famille d’agriculteurs expulsée


Contrer le lobbying du Conseil Régional pour piétiner le Zéro Artificialisation Nette



Tour Occitanie : appel à la responsabilité du promoteur et des élus




Communiqué du 8 décembre 2022 des associations France Nature Environnement MP, DAL31, Amis de la Terre Midi-Pyrénées et Non au Gratte-Ciel de Toulouse.

Nous apprenons que le rapporteur public vient de conclure ce jeudi 8 décembre 2022 à l’irrecevabilité de notre pourvoi en Cassation devant le Conseil d’État du jugement de notre recours en annulation du permis de construire de la tour Occitanie.

Nous déplorons cette position car, suite aux nouvelles dispositions de la loi Elan de 2018, nous avons été privés de la possibilité de faire appel sur le fond du dossier. Depuis cette loi très contestée, les citoyens ont et auront beaucoup de difficultés pour lutter efficacement contre les projets nuisibles car les recours seront limités à l’appréciation de la conformité stricte au droit sans possibilité de rejuger en appel les éléments de fond du dossier.

Après les périodes de canicule de cet été et la prise de conscience des citoyens sur la nécessité d’agir concrètement et durablement… et rapidement contre les effets des changements climatiques et l’érosion des ressources, il est aberrant de pouvoir encore envisager un tel projet pharaonique au mépris des impacts de sa construction. Depuis la signature du permis de construire (Juillet 2019), les incidences climatiques, énergétiques, économiques et sociales se sont aggravées, il n’est pas possible de continuer à l’ignorer.

Nous appelons le promoteur et les élus toulousains à la responsabilité ; en effet ils doivent aux habitants de Toulouse et de son agglomération sobriété et adaptation aux évolutions climatiques et économiques pour la préservation de leur santé, de leur bien-être, pour eux bien sûr et pour leurs enfants également.

Nous avons collectivement un réel besoin de projets urbains respectueux de ces contraintes avec l’utilisation de matériaux biosourcés, non émetteurs de Gaz à Effets de Serre, tout en réduisant les consommations de ressources et en préservant la biodiversité et les espaces naturels. Ce projet de gratte-ciel en plein cœur de Toulouse, rétrograde et d’un ancien monde, en est même un contre-exemple criant. Avec ce mastodonte de 80 000 tonnes de béton et de verre, il n’y a ni récupération d’eau, ni production d’énergie. D’un point de vue écologique, les semblants de verdure ne suffiront pas à cacher qu’une tour d’une si grande hauteur est de toute façon un véritable aspirateur à énergie, une antithèse à la construction durable ! Aussi, la tour Occitanie, si elle se construit, créera un îlot de chaleur supplémentaire, nous ne sommes pas sans savoir que ces températures trop élevées peuvent s’avérer mortelles l’été. Enfin, il faut savoir que Toulouse compte déjà 240.000m2 de bureaux vides (chiffres de 2018), pourquoi en construire 11.000m2 de plus dans un monde professionnel en mutation ? Et si à Toulouse il manque de logements, ce n’est sûrement pas de « logements haut de gamme » (il en est prévu une centaine dans le gratte-ciel) dont les toulousains ont majoritairement besoin.

Au regard de ces observations, nous ne pouvons que soulever l’incohérence d’un tel projet, imposé et non démontable, qui pourrait s’avérer être également un véritable échec économique ! La pandémie de Covid, la guerre en Europe ainsi que l’inflation subie par nos concitoyens sont des indicateurs dont il faut tenir compte avant toute construction de telle ampleur.

Attendons toutefois le délibéré du conseil d’État et l’arrêt de la Cour d’Appel de Bordeaux sur notre recours contre la modification du PLU de Toulouse, qui a autorisé le promoteur à ne pas inclure de logements sociaux dans son projet de la tour Occitanie et à y réduire le stationnement vélos.


Publié le jeudi 8 décembre 2022.