Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Derniers articles


Jeudi 1er Février 2024 : Projection - débat « Quelle place pour l’individu citoyen dans la lutte contre le dérèglement climatique ? »


Samedi 27 Janvier 2024 : Rassemblement contre le projet de prison à Muret


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Samedi 27 Janvier 2024 : Table ronde « Cugnaux + 4 degrés… Qu’es aquò ? »


Mercredi 17 Janvier 2024 : ZAC du Rivel - rassemblement de soutien d’une famille d’agriculteurs expulsée


Contrer le lobbying du Conseil Régional pour piétiner le Zéro Artificialisation Nette



Lac de Montbel - consultation publique : notre avis




Avis déposé sur https://www.registre-numerique.fr/c...

Vous pouvez encore déposer le vôtre jusqu’au 30 mars 2023 ! Pour vous aider, voir notre article.

Avis défavorable au projet Coucoo

Les Amis de la Terre Midi Pyrénées donnent un avis défavorable à ce projet qui, parmi tant d’autres, fait le pari que l’écologie et la biodiversité de ce territoire ne seront pas impactés.
Pourtant avec un peu de bon sens, il est facile de comprendre que quelques soient les précautions prises, cette partie du lac de Montbel actuellement préservée, sera colonisée par l’humain et ses effets destructeurs sur la nature faunique et floristique ne seront pas inexistants.
N’est-il pas temps de réagir et d’arrêter l’impact anthropologique sur la biodiversité ? A l’heure de la parution du 3e volet du 6e rapport du GIEC, avons-nous déjà oublié l’avertissement sur les conséquences de l’inaction, sur les impacts de la crise climatique sur les sociétés humaines et les écosystèmes, pour certains irréversibles ? Il n’est plus l’heure de continuer à détruire mais bien de préserver et de restaurer. Autant de fonds publics et d’investissements privés seraient mieux employés à étudier les lourdes pertes engendrées dans les écosystèmes aquatiques et notamment en eaux douces. Alors que la moitié de la population mondiale fait déjà face à des pénuries d’eau, ce projet prévoit piscines et petits bateaux pour circuler sur le lac dont le niveau risque fort de continuer à baisser du fait de la sécheresse annoncée et de l’utilisation inappropriée de son eau.
Outre, les conséquences que nous pouvons imaginer aisément sur cet espace actuellement protégé, l’OFB et la MRAe, qualifie d’insuffisante l’étude d’impact environnementale et l’estimation des effets négatifs, partielle. Ainsi 131 espèces protégées dont 60 sur liste rouge pourraient être visées par l’implantation de cabanes et ce sur deux tiers des espaces prévus pour ce projet. Mais cela est sans compter sur les oiseaux d’eaux, les rapaces hivernant et migrateurs dont les études n’ont pas été faites.
L’afflux de touristes dans cette zone encore préservée est une aberration que nous ne pouvons cautionner et financer par le biais des deniers publics. L’utilité de ce projet est évidemment non démontrée compte tenu du peu d’emplois créés et la dégradation qu’il engendre. Si l’emploi est le seul mobile pour ce projet écocide, alors il est grand temps de créer des emplois pour faire de la pédagogie auprès de nos élus et de la population qui tolèrent encore que des sociétés privées viennent détruire nos territoires.


Publié le vendredi 24 mars 2023.