Thématiques


Agriculture, OGM

Air - Eau

Arbres, sites et paysages

Climat

Communication

Déchets

Décroissance

Démographie

Energie

Nanotechnologies

Nuisances hertziennes

Risques Industriels

Santé

Société

Transition

Transport

Urbanisme

Le Site national :

Dernière réunion


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Derniers articles


Jeudi 1er Février 2024 : Projection - débat « Quelle place pour l’individu citoyen dans la lutte contre le dérèglement climatique ? »


Samedi 27 Janvier 2024 : Rassemblement contre le projet de prison à Muret


Mercredi 24 janvier 2024 : Réunion publique « Alternative ferroviaire à l’A69 »


Samedi 27 Janvier 2024 : Table ronde « Cugnaux + 4 degrés… Qu’es aquò ? »


Mercredi 17 Janvier 2024 : ZAC du Rivel - rassemblement de soutien d’une famille d’agriculteurs expulsée


Contrer le lobbying du Conseil Régional pour piétiner le Zéro Artificialisation Nette



Projet de 3e ligne, nous déposons un recours en référé suspension !




Communiqué de presse du 8 novembre 2022

Quelques jours après notre dépôt de recours sur le fond, contestant l’autorisation environnementale du projet de 3 ème ligne de métro à Toulouse, nous estimons qu’il y a désormais urgence : arbres parfois centenaires coupés, espèces animales déplacées dans le meilleur des cas… Le côté irréversible de certains travaux nous oblige à aller au plus vite demander l’avis de la justice.

• une cinquantaine d’arbres situés à la Station la Vache ou à proximité
• 25 arbres situés à la station Toulouse-Lautrec ;
• 17 arbres d’alignement situé à l’ouvrage annexe n°10
• une dizaine d’arbres à Marengo, d’autres à Bonnefoy, aux Sept-Deniers…
C’est l’hécatombe et les travaux ne sont que « préparatoires » ! Les messages lénifiants de replantation sont trompeurs. L’évitement était la première des choses à faire ! Comment la biodiversité détruite à un endroit, peut-elle être compensée des mois ou des années plus tard, dans des zones éloignées ?… Ce n’est pas 3 mais au moins 7 arbres replantés pour un vieil arbre abattu qu’il faudrait prévoir, selon des spécialistes.

De plus, les emprises de chantier entravent la mobilité. Avenue Jean Rieux, les projets d’aménagements cyclables sont mis en sommeil plusieurs années le temps du chantier. Ailleurs, ce sont des obstacles ou détours pour les piétons empêchant de déployer le Schéma Directeur Piéton.

Pour rappel, nous avions communiqué nos multiples arguments lors du dépôt du recours au fond début octobre. Le coût financier du métro dérape follement à 3.5 milliards€. L’alternative au métro, moins destructrice a été étouffée pour raison politique. L’intérêt impératif public majeur n’est pas démontré. Nous avons tenté de démontrer que les émissions de gaz à effet de serre seraient négatives pour ce projet, s’il était maintenu. Les commissaires enquêteurs avaient préconisé une enquête après travaux. L’information du public lors de l’enquête n’a pas été complète et éclairé.

Ce démarrage des travaux porte une atteinte suffisamment grave et immédiate à l’intérêt général pour ouvrir la voie du contentieux en référé. Le recours au fond prend en moyenne 2 ans, le référé prendra quelques semaines pour que nous soyons fixés sur la cohérence de notre action. La date de l’audience vient d’être fixée : le 24 novembre à 10H au Tribunal Administratif de Toulouse.


Publié le mardi 8 novembre 2022.